Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Carole Vignaud

Être transparent ou pas

« L'illustre inconnu »

de Jennifer Richard

(Editions Robert Laffont, janvier 2014, 552 pages, 22 euros)

Jennifer Richard a été lauréate 2007 de la Résidence Robert Laffont du premier roman consacrée à la littérature fantastique avec « Bleu poussière ». Elle a publié en 2010, un deuxième roman intitulé « Requiem pour une étoile ». Cette trentenaire dit d'elle : « Je suis un esprit assez torturé et volontiers pessimiste. Enfant, je voulais être écrivain parce que je n'aime pas trop la compagnie des gens… Remarquez, je n'aime pas non plus les voir souffrir. Misanthrope et compatissante, si vous voulez. C'est peut-être pour ça que, plus tard, j'ai voulu être légionnaire, pompier, et qu’aujourd’hui je m’imagine pouvoir travailler dans le domaine humanitaire. Mais j'aime bien rire aussi !… En revanche, j'ai horreur des clowns ».

Être transparent ou pas

En ces temps où un crétinissime “Allo, quoi” peut faire de vous une icône, Jennifer Richard nous offre une fable cruelle, émouvante et drôle sur le paraître et l'être. Quand le petit Félix Fort naît, il devient le centre de l'univers.
Sa mère, sa grand-mère, des oncles, des tantes et même les voisins se penchent sur son berceau. Le même jour son grand-père disparaît. Personne autour de son cercueil. Seule sa fille a une pensée pour lui en donnant son prénom à son fils. A la surprise générale.
Le narrateur de ce roman-fable est donc un certain Félix Fort, nom prédestiné pour subir les regards en coin des enseignants et les quolibets dans les cours de récréation, du moins quand on est né en 1974.
Le jeune Félix Fort n'a aucun talent particulier mais il est toujours le centre de toutes les attentions même s'il semble être seul à se rendre compte de l'incongruité de cette situation. Pour tous les autres, famille, amis et même petites amies il fait tout pour “faire son intéressant”.
Ses aventures distrayantes se poursuivent jusqu'au jour où il tombe amoureux d’une aveugle étrangement liée à son grand-père homonyme.

La seconde partie du roman va donc donner la parole à ce grand-père né en 1896 en Normandie. Sa mère ne survit pas à sa naissance. Son père l'oublie alors et même ses frères aînés ne semblent pas tenir compte de son existence. Il va découvrir avec effarement que même les “Boches” ne le voient pas. Il traverse donc les horreurs de la guerre de 14-18 sans une égratignure (du moins physiquement). Cet homme transparent est pourtant un inventeur génial. Mais personne, jamais, ne va s'en rendre compte. Félix Fort va même participer aux Jeux olympiques sans laisser aucune trace dans l'histoire du sport. Son talent d'homme transparent va aussi lui permettre de réaliser quelques actes de Résistance pendant sa seconde guerre. Mais même l'armée des ombres ne se souvient pas de lui.
Jennifer Richard explore toutes les facettes de sa fable fantastique avec un grand talent de conteuse. Une écriture nerveuse, dialoguée, pour une histoire que l'on garde en mémoire.

Carole Vignaud

Commenter cet article