Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Marie Bardet

Céline Minard à la conquête de l'Ouest

« Faillir être flingué » de Céline Minard

(Editions Rivages, août 2013, 336 pages, 20 euros)

Née à Rouen en 1969, Céline Minard a publié plusieurs romans dont Le Dernier Monde (2007), Bastard Battle (2008) et So long, Luise (2011). « Faillir être flingué » a obtenu le prix du Style.

Céline Minard à la conquête de l'Ouest

Le Prix Fémina l’a ratée à l’automne dernier, le Prix Virilo — l’anti-Fémina, si, si — l’a saisie au lasso et “Faillir être flingué” continue de galoper à travers la plaine, soulevant des nuages de poussière far-westiennes et l’enthousiasme de ses lecteurs conquis.

Huitième opus de cet auteur que Rivages présente comme l’une des voix les plus originales de la littérature française, “Faillir être flingué” s’amuse à réécrire le mythe de la conquête de l’Ouest. À partir d'un chariot tracté par des boeufs qui avance dans l'immensité de la plaine, puis d'une galerie de personnages insolites qui, tous, convergent vers un embryon de ville naissante, toujours plus à l’Ouest, Céline Minard a construit un roman inspiré et généreux, au style porté par le souffle de l’épopée.

On y croise une nature sauvage, des coyotes et des bisons, des hordes de chevaux et des faucons pèlerins et, bien sûr, des héros qui esquivent la mort lancée à leurs trousses faute de quoi ils sont flingués. Céline Minard reprend tous les codes du genre pour mieux s’en délester et il y a loin de cet Ouest revisité à Rio Bravo ou à La chevauchée fantastique. Sur une toile de fond poétique et contemplative inspirée de la beauté des grands espaces et des mouvements de l’âme de ses héros, peu d’actions, pas de machisme — Arcadia Craig, la contrebassiste du saloon dont Bird Boisverd est éperdument amoureux se révèle... lesbienne — , pas de gentils cow-boys ni de méchants Indiens. La petit communauté se jauge, s’éprouve, apprend à vivre ensemble, découvre des plaisirs inattendus — l’inauguration de l’établissement de bains est un pur délire jouissif — , se serre les coudes dans l’adversité et apprend qu’à chacun, quel que soit son passé, la vie peut offrir une nouvelle chance.

S’il peut se lire sans désemparer comme un très bon western, on peut aussi voir dans “Faillir être flingué” un fable subtile sur les sources de la civilisation et la possibilité d’une utopie.

Marie Bardet

Commenter cet article