Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Christian Di Scipio

Le cauchemar américain

"Canada" de Richard Ford

Prix Femina étranger 2013. Né dans le Mississippi en 1944, Richard Ford est notamment l’auteur de : "Une saison ardente" (1991), "Un week-end dans le Michigan" (1999), "L'Etat des lieux" (2008), parus aux éditions de l'Olivier. Il a reçu le PEN/Faulkner Award et le prix Pulitzer en 1996 pour "Indépendance".

(Editions de l’Olivier, 470 pages, 22,50 €)

Le cauchemar américain

L’histoire commence à Great Falls, une ville du Montana, un état perdu dans le Far West. On est en 1960. Dell Parsons, le narrateur, est un adolescent renfermé et sensible. Il aime les échecs, mais il y joue tout seul, il aime ses parents mais ils sont affectueux par intermittence et sa sœur jumelle prénommée Berner, un drôle de nom pour une fille, ne prête guère attention à lui.

Une drôle de famille où Bev, le père, ancien pilote de bombardier revenu depuis peu à la vie civile semble mener son existence en dehors des siens. Amoureux de belles voitures, il est une sorte de caricature du mâle américain qui aime regarder les matches à la télé en se nourrissant de bières. Quant à Neeva, la mère, institutrice par défaut et rêveuse par dépit, elle espérait une autre vie avec un autre homme. Voilà pour le décor

D ‘emblée, comme pour nous dire "il y a une histoire, mais ce n’est pas ça l’essentiel ", l’auteur nous dévoile que Bev et Neeva vont commettre un hold-up qui va mal tourner, que la mère se suicidera en prison. Durant toute la première partie on assiste à la mise en place de ce puzzle angoissant, une sorte de chronique du drame familial annoncé dans la moiteur de l’été américain...Et c’est peut-être là le coup de génie de Richard Ford : on connaît l’histoire, mais on est saisi d’une telle angoisse qu’on se prête à espérer, en dépit du bon sens, que tout cela n’arrivera pas.

Et pourtant, le pire se produit. Le père tellement fourvoyé dans des affaires louches avec des Indiens alcooliques et violents, qu’il ne voit plus qu’une solution pour s’en sortir : voler. Le voilà donc, avec sa femme qui n’a pourtant rien d’une Calamity Jane, qui va attaquer une agence bancaire du Dakota du Nord, l’état voisin. Quelques heures après, le couple est arrêté laissant les enfants livrés à eux-mêmes.

Finalement, Berner va s’enfuir et Dell, le garçon, sera recueilli par ­Arthur Remlinger, une sorte d’oncle d’Amérique qui vit dans la Saskatchevan, la province canadienne située juste en face du Montana.

Là, dans une petite ville perdue dans la plaine immense, le jeune garçon bien sage sera confronté à une succession de situations déstabilisantes et cruelles. Remlinger sera pour lui une sorte de mentor de la vie sauvage et hors la loi. Mais les rêves de Dell vont ailleurs. Vers l’école et le savoir. Vers le partage aussi avec les autres. Au gré de ses épreuves, il gardera toujours en lui ce mélange de naïveté enfantine et de volonté adulte qui lui donneront la force de traverser l’océan infini des blés balayés par le vent pour toucher enfin une terre où s’épanouit une humanité heureuse. Et sans histoire...

Christian Di Scipio

Commenter cet article

Eivlys 14/03/2014 21:58

Très belle et tentante esquisse de ce roman. La dernière phrase, très poétique, trace à elle seule le voyage de toute une vie.