Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Vendanges littéraires

Insoumettez-vous !

Soumission sera-t-il le mot de l’année 2015 ? Il a suffi qu’un écrivain très en vue en fasse le titre de son nouveau roman pour que la cohorte des suiveurs s’enflamme et, avant même qu’il ne s’affiche dans les vitrines des librairies et en tête de gondole des supermarchés, ce mot soit déjà sur toutes les lèvres, comme en 2010 le fameux « indignez-vous » de Stéphane Hessel. Passer en cinq ans de l’indignation à la soumission est le signe d’une sacrée dégringolade sur laquelle le « penseur » Zemmour fait déjà ses choux gras. Le roman de Michel Houellebecq, s’il ne s’inscrit sans doute pas dans cette lignée nauséabonde, n’en est pas moins un de ses fruits. Son incroyable succès médiatique, avant même qu’il ne paraisse, rencontrera-t-il un public déjà soumis ? En ces temps panurgiques, cela ne fait aucun doute.

La pire des soumissions n’est-elle pas celle qui s’exerce sans contrainte ? La soumission aux modes, aux pages pleines des journaux, aux discours dominants ? Rien ne nous oblige à cette soumission-là. Et pourtant, elle répand son poison partout. Elle brouille l’esprit critique. Il est difficile d’y échapper. Essayons quand même. Essayons l’insoumission.

Etre insoumis, de nos jours, c’est faire confiance à ses propres goûts, à ses propres idées et non aux goûts et aux idées salariés de ceux qui s’érigent en faiseurs d’opinions. En 2015, insoumettons-nous ! Ne laissons pas les autres penser à notre place. Ne les laissons pas choisir à notre place les livres que nous lirons. Lisons Houellebecq si ça nous fait plaisir et non pas parce que tout le monde en parle. Il y a tant de bons écrivains, tant de livres à découvrir, dénicher, sortir de l’ombre. Le lecteur qui préfère à toute autre publicité la recherche personnelle n’en goûte que mieux le plaisir de trouver.

Etre insoumis en 2015, c’est faire confiance à sa petite lumière. Soyons toujours lucides.

Bernard Revel

Illustration de Marie Bardet à partir d'une œuvre de Martial Raysse

Commenter cet article

Une anti-panurgienne 06/01/2015 00:01

Lucides, insoumis… résister parce qui ne dérange rien ni personne ne libère rien ni personne !
Voici de l’eau à votre moulin, Monsieur le Président !
Et merci pour vos voeux engagés, ne reste plus qu’à fédérer le monde autour de ces idées.
http://blogs.lesinrocks.com/kaganski/2014/12/18/dinde-et-dindons/