Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Henri Lhéritier

Aristide Maillol
Aristide Maillol

Dimanche 7 Août : Été cette après-midi avec Marie Dormoy chez les Maillol, à Marly. À voir le caractère de Mme Maillol, ce doit être encore là un joli tableau de la vie conjugale. Je ne connais pas le passé, mais Marie Dormoy me dit qu’il a été pire que le présent. Lui, actuellement, paraît supporter cela avec résignation, sans répondre. Homme très simple, avec des traits de roublardise et de caractère intéressé, paraît-il. Je ne lui trouve pas grand talent. Ses œuvres sont lourdes, manquent de grâce. Il a encore eu la gentillesse, et devant des gens qui étaient là en visite, dans son atelier, de me remercier de lui avoir fait un jour une petite remarque sur un personnage de femme qu’il était en train de modeler, destiné à personnifier La France, que « c’était un peu mièvre ». Il me l’avait déjà dit à une précédente visite l’année dernière je crois, en me la montrant, comme il a fait aujourd’hui : « Vous aviez raison. C’était un peu mièvre. Vous voyez, j’ai tenu compte de votre observation » Je l’ai fait rire en lui racontant que j’ai effaré des gens, à qui j’ai raconté cela : « Comment ! vous avez osé dire cela à Maillol !… » Le dommage, c’est que cette œuvre, à laquelle il travaille toujours, ne vaut pas mieux aujourd’hui. (Extrait du Journal Littéraire, tome XII).

Paul Léautaud
Paul Léautaud

Le redoutable Paul Léautaud faisant une visite de courtoisie en août 1939, voilà ce que ça donne. Une horreur ! Rien n’y résiste, pas plus Mme Maillol que le travail d’Aristide.

Dire qu’on reçoit sans doute nous aussi de tels visiteurs. Pour moi, par exemple, c’est comme si je les entendais : « Cet animal nous a fait boire son propre vin, quelle audace ! » Tous ne peuvent pas être au niveau de Léautaud parce que celui-ci excellait dans le cynisme dévastateur. Paul Valéry disait de lui : « Il n’est pas méchant, il est mauvais »

Je vais essayer de sortir de ce mauvais pas Aristide Maillol, originaire de Banyuls, gloire locale en Roussillon. Avec l’aide de… Paul Léautaud.

La jeune revue Arts et Idées que dirige M. Lucien Combelle, publie quelques Propos de M. Paul Léautaud. Celui-ci confesse : « Je n’aime ni la peinture (les peintres ne sont pas loin pour moi des peintres en bâtiment), ni la sculpture (les sculpteurs ne sont pas loin des maçons), ni la musique art qui s’adresse uniquement à l’instinct, au physique, et qui n’est pour moi qu’un bruit à me sauver. Un seul art : écrire » (Extrait de La Revue Littéraire, tome XII)

Ouf on respire, Aristide, n’est-ce pas ? Disons plutôt que l’artiste revient de loin…même si….

Ce Léautaud, quel monstre ! Mais quelle belle idée de la littérature.

Henri Lhéritier

Commenter cet article