Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Sylvie Coral

« Extermination des cloportes » de Philippe Ségur

Editions Buchet-Chastel, 283 pages, janvier 2017

Don Déchine et sa compagne Betty forment un jeune couple uni et attachant. Lui est professeur de lycée. Il tente vaillamment d’enseigner le français à « quarante titulaires de comptes Facebook et Twitter ». Ce n’est pas grave, puisque son vrai destin est d’écrire un chef-d’oeuvre. Betty, elle, travaille d’arrache-pied sur sa thèse, tout en couvant son chéri d’un regard tendre et admiratif.

Leur luxe doudou-à-deux, c’est de se pelotonner dans leur canapé avec une tablette de chocolat, devant leur série télé préférée. Car il faut bien se réconforter avant de passer à l’action. Bon, d’accord, de toute évidence, ils ont en commun une tendance naturelle à la procrastination.

Tout irait pour le mieux si Don n’éprouvait pas une gêne visuelle persistante, si le voisin ne les harcelait pas quotidiennement, si le chauffe-eau n’avait pas lâché et si l’on pouvait stationner au bas de l’immeuble sans risquer d’être verbalisé. Et tout irait encore mieux s’ils trouvaient la maison de leurs rêves.

D’aventure en aventure, d’agent immobilier véreux en plombier Chippendale, après avoir vécu l’enfer sur terre face à l’assemblée des copropriétaires (non, la comparaison n’est pas excessive), ils parviendront à leurs fins.

L’auteur nous parle de nous et de nos petites sociétés, de nos renoncements, nos atermoiements, avec une lucidité et une drôlerie vivifiantes. Certaines scènes sont si désopilantes qu’elles font vite oublier quelques petits patinages dans le rythme, ici ou là.

Ce roman tendre et loufoque distille de pertinents messages, à travers les brillantes démonstrations de Don Déchine. Il épate Betty et s’épate lui-même à chacune de ses imprévisibles saillies : « Quant à la classe moyenne, elle a fui le centre pour s’entasser dans des villages-lotissements. C’est l’accès à la propriété, trésor. Un rêve fondé sur plus de deux siècles de culture bourgeoise, favorisé par une politique d’aménagement du territoire destinée à atomiser le social. On contrôle toujours mieux ce que l’on fragmente et isole ». Comme Betty, qui l’écoute bouche bée, le lecteur reste pantois.

Sylvie Coral

Né en 1964, Philippe Ségur est agrégé de droit public et professeur de droit constitutionnel et de philosophie politique à l’Université de Perpignan.

Il est, depuis 2002, l’auteur de dix romans. « Métaphysique du chien » et « Poétique de l’égorgeur » ont été récompensés de plusieurs prix, dont le Renaudot des Lycéens pour le premier et le Prix Ronsard pour le second.

(Photo Héloïse Jouannard/Libella/ Buchet-Chastel)

Commenter cet article

Angelilie 19/02/2017 15:41

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement

Bernard Revel 20/02/2017 10:40

Merci beaucoup pour ce message qui nous touche. Et si vous le pouvez, vous serez la bienvenue à Rivesaltes début octobre pour les quinzièmes Vendanges littéraires.