Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Sylvie Coral

« L’homme qui n’aimait plus les chats » par Isabelle Aupy 

 

Les Editions du Panseur – 122 pages – Mars 2019

 

Si vous souhaitez que l’on prenne vos vessies pour des lanternes, parlez le convaincu. Le convaincu, c’est comme l’espéranto. Tous les gens le comprennent, les insulaires comme les continentaux, qu’ils soient amis ou qu’ils s’entendent comme chien et chat. Le convaincu bien parlé, avec un accent tonique, fera avaler n’importe quelle couleuvre, même la plus sinueuse. Je dis sinueuse parce qu’on ne peut pas tirer une couleuvre par les cheveux.

Nous voilà sur une île paisible, peut-être au large de la Bretagne, ou alors à Terre-Neuve. Quoique non, car notre histoire ne se passe pas sur l’Ile aux Chiens. Disons alors que notre île est en Bretagne. La vie y ronronne, comme la mer, comme le vent aussi, et comme les chats auxquels se sont si bien habitués les autochtones : Thomas, le vieux gardien du phare, Serguei le poète musicien, Madame Guenel, l’ancienne maîtresse d’école, Ludo le restaurateur, Gwenaëlle et son fils Gaël…et puis le célibataire endurci qui nous narre cette histoire. Ici, des chats, il y en a pour tous les goûts : des sédentaires et des nomades, des pantouflards et des errants distingués, des permanents, des intermittents, des chats d’écrivains. Mais tous sont libres jusqu’au bout des moustaches.

Soudain, une nuit, tous les chats de l’île disparaissent, kidnappés, laissant les habitants perplexes et désemparés. Alors l’Administration du continent, celle qui a réponse à tout, incarnée par une jeune et jolie agente bien convaincante, entreprend de les remplacer par des chiens en laisse, rebaptisés chats pour la circonstance.

Les habitants feront-ils comme si de rien n’était ou bien entreront-ils en résistance ? Les chiens peuvent-ils faire des chats crédibles ? Par cette intrigue pleine de suspense, l’auteure aborde avec une apparente légèreté et une vraie gravité les thèmes de la liberté d’être soi, de la différence, de la manipulation des individus et des groupes, de notre soumission paresseuse à la pensée protéiforme mais toujours unique. « Les esprits s’embrouillent facilement. C’est ce qui arrive quand on appelle un chien un chat. On embrouille tout, on change les idées des gens, on les empêche de savoir ce qu’ils aiment ou ce qu’ils pensent. »

Voilà un livre qui pèse son poids de croquettes. A la fois conte philosophique et policier poétique, il procure un plaisir ineffable tout en distribuant par-ci par-là des petits coups de griffe ou de langue râpeuse, jusqu’à la dernière phrase, déroutante. Donnerez-vous votre langue au chat ?

Isabelle Aupy est indéniablement une auteure prometteuse. Par ce premier roman lumineux et intelligent, elle dévoile son talent et sa singularité.

La tout aussi prometteuse maison Les éditions du Panseur, libre et indépendante comme le sont les vrais chats, ne s’y est pas trompée.

Sylvie Coral

 

Photo du haut : Isabelle Aupy.

***

Site de l'éditeur : 

 

https://www.lepanseur.com/livres/l-homme-qui-n-aimait-plus-les-chats-isabelle-aupy/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CL 02/06/2019 11:59

Vraiment un livre magnifique...
et une chronique délicieuse !
A ne pas laisser passer.

Jérémy Eyme 26/05/2019 11:22

Merci Sylvie. Votre chronique est merveilleuse.
Vous me rendez si fier de porter cette histoire, de sentir à quel point elle touche et que l'on peut s'en saisir pour partager une idée, un espoir.
J'ai hâte d'être à vos côtés en octobre et enfin vous rencontrer sous le platane :-)
Amicalement,
Jérémy