Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Vendanges littéraires

 

Jean Rouaud, prix des Vendanges littéraires pour "L'avenir des simples" (Grasset)

Les lauréats 2020 des Vendanges littéraires

Depuis son premier roman « Les champs d'honneur » qui a obtenu le prix Goncourt en 1990, Jean Rouaud a publié des livres qui l'ont confirmé comme un des meilleurs écrivains contemporains de la mémoire : « Des hommes illustres », « Le Monde à peu près », « Pour vos cadeaux », etc. 
Il est aussi l'auteur d’essais dont le dernier, « L'avenir des simples », sous-titré « Petit traité de résistance », est un cinglant réquisitoire contre l’ordre économique tel qu’il est et qu’il nous conditionne. Jean Rouaud accuse en particulier les multi-monstres (Bayer, Monsanto, Total, Sanofi, etc.) dont dépendent selon lui les chefs d’Etat, la Justice, la science, la FNSEA et autres organes de pouvoir complices du pillage et de la destruction de la planète. Il appelle les « simples », éternels sacrifiés, à une « objection de conscience civile » passant par de nouvelles habitudes alimentaires, la pratique de l’agro-écologie et fait l’éloge d’un temps reconquis consacré au plaisir de « tout faire, et surtout ce que l’on veut ».  
Une colère saine qui tombe à point, après le mouvement des gilets jaunes et sur fond de coronavirus, pour aider à construire sérieusement « le monde d’après ».

Jordi Soler, prix Jean-Morer pour
"Ce prince que je fus" (La contre-allée)

 

Les lauréats 2020 des Vendanges littéraires

Petit fils de Républicains espagnols exilés au Mexique, Jordi Soler est né en 1963 à Veracruz. Vivant à Barcelone depuis des années, il a publié plusieurs romans inspirés de l'histoire de sa famille qui lui ont valu une reconnaissance littéraire : « Les exilés de la mémoire », « La Fête de l’ours », etc. 

Dans « Ce prince que je fus », il retrace le destin tragicomique d'un jeune Barcelonais, originaire de Toloriu, dans les environs de Puigcerda, qui apprend, à la mort de son père, qu’il est le descendant de l'empereur aztèque Moctezuma. Il fait fortune dans un vaste trafic de décorations de « l’Ordre impérial », grâce à la vanité et à la bêtise de « l’aristocratie » franquiste. Une histoire captivante, incroyable mais vraie, du moins en partie, narrée d'une plume virtuose.

Lucie Rico, prix Coup de foudre pour
"Le chant du poulet sous vide" (P.O.L.)

Les lauréats 2020 des Vendanges littéraires

Ce premier roman parfaitement maîtrisé de Lucie Rico, née en 1988 à Perpignan, raconte l'histoire de Paule qui élève des poulets. Mais pas seulement. Elle aime écrire aussi mais « ne peut pas écrire sans tuer ». Car élever des poulets c'est les aimer et ensuite les tuer. Et quand ils sont morts, elle leur dédie un poème biographique qui leur donne une identité autre que celle d’un vulgaire morceau de viande. 

Ses poulets sous vide font la gloire de Paule et son malheur aussi. 

Lucie Rico met, sans longues phrases ni grands mots, humour et fraicheur dans cette histoire étonnante, avec une légèreté naturelle qui désamorce la cruauté et la noirceur des situations et révèle le talent prometteur d'une jeune femme issue d'une famille d'écrivains de notre région : les Salgas.

 

Sébastien Navarro, prix Odette-Coste pour
"Panchot" (Alter ego)

Les lauréats 2020 des Vendanges littéraires

Attention sujet explosif : la destruction du village de Valmanya le 2 août 1944 et la mort du résistant Julien Panchot. Le drame a fait couler beaucoup d'encre et suscité de nombreuses polémiques jamais éteintes. Sébastien Navarro, 48 ans, n'a pas craint de mettre les pieds dans le plat et d'en faire un récit qui ne prétend pas révéler la vérité mais s’attache à démonter les rouages du travail de la mémoire. 

Un livre qui en énervera plus d’un, en égratigne quelques-uns, qui mêle poésie, jeux de mots et vocabulaire polar, pratique l’autodérision, apporte enfin à cette histoire plombée par trop de sérieux une dimension inattendue : l’humour qui nous met tous, vivants et morts, à hauteur d’homme. Un livre, enfin, sur lequel plane l'ombre de Panchot et le sourire de l'auteur. 

 

Crédits photos : Jean Rouaud © Midi Libre – Jordi Soler © Pep Ávila – Lucie Rico © P.O.L. – Sébastien Navarro © D.R

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article