Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Sylvie Coral

Les paumés se relèvent ensemble

« L’atelier des miracles » de Valérie Tong Cuong. Née en 1964, Valérie Tong Cuong a publié huit romans dont « Big » (1997, Nil Editions, 1999 J’ai Lu), récompensé au festival du Premier roman de Chambéry, « Où je suis » (Grasset, 2001, J’ai Lu 2003), « Providence » (Stock, 2008, J’ai Lu 2010), « La Battle », 2011, éditions du Moteur). Scénariste, elle travaille pour la télévision (« La smala s’en mêle » France 2) et le cinéma. Elle écrit et chante pour Quark, un groupe pop-rock indépendant dont le quatrième album, «Echo », est sorti en novembre 2010.

(Editions Jean-Claude Lattès, 266 pages, 17 €)

Que peut-il bien y avoir de commun entre une jeune intérimaire seule au monde, un SDF à la grande gueule et au cœur d’or, et une enseignante bourgeoise au bord du burn-out ?

La première, Millie, réchappe de justesse d’un incendie d’immeuble et en « perd » la mémoire. Michel, dit Monsieur Mike, ancien militaire baraqué comme Rambo, allergique au règlement mais pas à la binouze, se fait tabasser et éjecter du porche dont il avait fait son abri. Mariette, professeur d’histoire-géo dans un collège, épouse soumise d’un notable pervers narcissique, perd les pédales avec un élève et se retrouve en congé forcé.

Ces trois êtres à la dérive vont être repris en main par Jean, directeur de « L’Atelier », un lieu d’accueil et de réinsertion. « L’Atelier » est installé dans une ancienne horlogerie, endroit prédestiné lorsqu’il est question de remettre les pendules à l’heure chez ceux qui sont paumés.

Cette cohabitation temporaire leur permettra de se connaître, se leurrer aussi, et pourtant s’épauler en dépit de tous les malentendus.

Leurs liens deviennent d’autant plus complexes que ce lieu providentiel et les personnes qui l’animent ne sont pas aussi clairs qu’il y paraît. Qu’y a-t-il derrière la générosité et le désintéressement affichés ? Et au-delà de cela, qui veut-on aider quand on croit aider les autres ?

Ecrite à trois voix, l’histoire de ces personnages attachants nous interroge sur l’apparente sincérité de nos mobiles, sur les paradoxes de nos intentions. Elle évoque aussi le monde des travailleurs sociaux, silencieux, insuffisamment reconnu, bien qu’indispensable à la création ou la reconstitution du lien social.

En prise à des difficultés de natures très différentes, puis faisant front commun face à un adversaire identifié, Millie, Mariette et Monsieur Mike seront des exemples de « vies relevées » ; car les rencontres de hasard, par l’effet d’une alchimie secrète, font parfois des miracles.

Sylvie Coral

Commenter cet article