Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Christian Di Scipio

Les univers du chat

« Le chat de Schrödinger » de Philippe Forest. Considéré comme l’un des principaux représentants de l’autofiction, Philippe Forest, né en 1962, a consacré plusieurs livres à la disparition de sa fille et au deuil. Dans son roman précédent, « Le siècle des nuages », il fait revivre l’histoire de sa famille. Il est aussi l’auteur de nombreux essais dont plusieurs sur le Japon.

(Gallimard, 330 pages, 19,90 €. Photo Catherine Hélie-Gallimard)

Malgré un titre renvoyant à un physicien célèbre, le dernier livre de Philippe Forest n’a rien d’un ouvrage scientifique. Il s’agit là plutôt d’une longue méditation poétique autour d’une expérience de pensée proposée en 1935 par Erwin Schrödinger, physicien autrichien lauréat du Prix Nobel.

Pour illustrer et surtout tourner en dérision la théorie de certains spécialistes de la physique quantique affirmant que la matière serait dans un état indéterminé au niveau de l’atome et de ses composants, Schrödinger avait imaginé la chose suivante : on enferme un chat dans une boîte hermétique équipée d’un dispositif aléatoire pouvant provoquer ou ne pas provoquer la mort de l’animal. Tant qu’on n’a pas ouvert ladite boîte, pour l’observateur extérieur, l’animal peut être aussi bien mort que vivant. En fait, raillait Schrödinger, en physique quantique il est les deux à la fois ! Hélas il est arrivé à ce bon Schrödinger ce qu’il advint à Fred Hoyle, partisan d’un univers statique et qui, pour se moquer des astrophysiciens partisans de la thèse d’un univers en expansion à partir d’une explosion initiale, qualifia ironiquement leur modèle de « Big Bang ».

Schrödinger dans l’infiniment petit et Hoyle dans l’infiniment grand, eurent en commun de voir leur idée, fruit de leur volonté de dérision, devenir le symbole de l’aberration scientifique qu’ils se proposaient de dénoncer.

N’en déplaise à Schrödinger, son chat est désormais une manière géniale de définir l’état d’incertitude dans lequel se trouvent les composants les plus élémentaires de la matière. A partir de cette sorte de fable des temps modernes, Philippe Forest établit des correspondances avec un vrai chat dont il observe les allées et venues dans son jardin. Un chat invisible dont on s’aperçoit qu’il était là au moment où il s’en va. Un chat fantôme, à l’image de la petite fille du narrateur morte dans la réalité, mais tellement présente dans ses rêves éveillés si bien qu’il ne sait plus si elle appartient au monde des vivants ou des morts

A l’image du chat qui va et qui vient, qui entre et qui sort, à la façon aléatoire et mystérieuse d’un électron libre autour de son noyau atomique, le narrateur traverse des mondes parallèles. Perdu dans son univers de souffrances et d’émerveillements, il erre à la recherche du petit être cher prisonnier d’un au-delà incertain. Peut-être dans l’espoir insensé de ramener l’enfant ici-bas après avoir ouvert la boîte noire du mystère de la mort et de la vie, car nous dit-il « les choses n’existent qu’à partir du moment où l’on décide de croire en elles ».

Christian Di Scipio

Commenter cet article

Chantal 21/11/2013 01:07

Miaoû ! J’arrive, mais un peu tard...

Je viens de finir « Le chat de … » et j’ai vraiment beaucoup aimé.

Beaucoup plus tout ce qui a trait à la vie des chats qu’à la physique quantique, mais c’est un de ces mélanges qui s’avère non rédhibitoire.

Lisez ça...

"Ce chat, je le prends comme professeur de désir. J’apprends de lui ce que c’est d’aimer. Il m’enseigne qu’aimer vraiment, c’est aimer pour rien. D’un amour très sensuel mais totalement délivré, ou presque, de tout souci de réciprocité. Où personne ne se considère jamais comme le propriétaire d’autrui et n’estime en conséquence que l’affection qu’il donne doit être payée en retour d’une affection égale. Car il ne viendrait à l’esprit de quiconque qu’il est en droit d’exiger d’une chat une preuve d’amour. Ni même une marque d’affection. Ce qui n’ôte rien à l’intensité de l’affaire, au contraire, mais la libère de tout le marchandage de l’émotion. L’extorsion sentimentale. «

Ou encore ça :

"A quoi remplit-il le vague de sa vie ? Totalement inactif ! Ils sont ainsi. A la différence d’autres espèces qu’accapare assez le soin de se nourrir, chassant, broutant… Ou bien continuellement agitées pour rien. Comme la nôtre. Qui vaque à droite et à gauche pour tenter de se convaincre qu’il y a quelque raison à sa présence sur terre. Tandis qu’un chat peut ne rien faire du tout et pourtant donner le sentiment d’être tout entier requis par une tâche plutôt mystérieuse qui exige toute son attention. »

Bien vu, je trouve. Bien observé. Et il y a plein d’autres de ces fines observations dans ce livre. Sans compter tout ce que nous en dit l’auteur de ce billet, avec lequel je suis tout à fait d’accord.

S’il vous passe entre les mains, ne pas hésiter à lui donner un peu de votre temps (au livre, pas au chat, bien sûr… encore que !).